mardi 27 juin 2017

Michel Renard et ses enfants - accueil



Pierrot en 2013

Il n'y a pas d'arithmétique compensatoire dans l'amour qu'on porte à ses enfants. J'avais trois enfants. Mon fils aîné est mort le 22 octobre 2014, à l'âge de 34 ans. J'aime toujours les trois tout autant.

La différence, c'est le chagrin qui me fait pleurer celui qui a disparu.

D'autres le pleurent aussi. Et leur tristesse est à la mesure de l'immense générosité humaine de Pierre à l'égard de ceux qu'il a rencontrés, appréciés et aimés lui aussi.

Pour son père, ce n'est pas seulement un copain de classe, ni d'escalade, ni de graffs, ni un amour de femme adulte... C'est son enfant. Cela veut dire 34 ans de vie, même si, évidemment, elle n'a pas toujours été commune.

Un père est dépouillé de tant de souvenirs de son petit... j'ai des enregistrements de Pierrot qui datent de 1989... Entendre sa voix, alors qu'il n'a que neuf ans, est un chemin de croix.

On ne peut accepter que son fils meurt avant soi. Je sais. Je le dis après tant d'autres. Mais le lire de ces derniers ou l'écrire soi-même ne revêt pas la même dimension.

D'ailleurs, personne n'a jamais donné quelques lettres de noblesse littéraire à l'un de ces deux termes qui définissent le statut d'un parent privé de sa descendance : défilié, désenfanté... Cela reste sémantique. Mais sans épaisseur sentimentale, sans tourment.

J'ai cherché à retracer le chemin de vie de Pierrot (pour ce que j'en sais), et je continuerai. Même si mon élan vital est désarticulé et que je mesure, dans ma chair et mon esprit, la souffrance de l'irréversibilité. Même si je mesure aussi la chance d'avoir vécu avec un fils d'une telle véhémence affective et d'une telle détermination.

Michel Renard



le 12 janvier 2015, 19 h 35

Il y a trois mois, jour pour jour, et heure pour heure, mon fils entrait dans le néant du coma, puis de la mort dix jours plus tard...
Peut-être à cause de cela, j'ai senti d'une manière particulière ceux qui ont pleuré un mort dans les drames des 7, 8 et 9 janvier.
Les circonstances sont différentes, mais la mort injuste d'un enfant, d'un proche, c'est toujours la même douleur.

M.R.

- une requête injustifiée et une décision arbitraire (hébergeurs de blogs : nouveaux seigneurs...?) ont fait disparaître l'hommage rendu à mon fils Pierrot (1980-2014) de Canalblog.
Il est désormais présent sur Blogger. Merci.
15 janvier 2015


le 22 janvier 2015
Il y a trois mois que mon fils Pierrot entrait dans l'inconnu de la non-vie... Je ne peux toujours pas y croire ni l'admettre. J'attends qu'il m'appelle au téléphone et que je sorte de ce cauchemar.
Photo de lui en 2009, dans son appartement. Était-il triste, songeur, trop sérieux....? mais comme je regrette ne pas avoir été à côté de lui dans cet instant...


Pierrot en 2009



le 12 avril 2015
Six mois. Pourquoi s'arrêter aux dates anniversaires de ton accident, de ta mort ? Peut-être que la similitude des chiffres amoindrit le temps. Que la présence s'impose davantage.
Et pourtant, il n'y a pas un jour sans toi. Pas un jour sans la torturante question du pourquoi. Pas un jour sans le sentiment que ce n'est pas vrai. Pas un jour sans l'irrépressible envie de t'étreindre, d'aller à tes côtés.
Et puis le soleil revient. L'atmosphère de la dernière fois où je t'ai vu debout. Août 2014. J'appréhende l'été. M'allongerai-je encore dans l'herbe ? Pas sûr du tout.
Je te sens si proche, mon Pierrot. En fait, j'ai hâte de te rejoindre.



le dernier été de Pierrot, à deux mois de ses 34 ans,
à deux mois de sa mort absurde et injuste




vendredi 13 février 2015

Val Cenis, 13 février 2015




Émile et Clémence au ski, 7-14 février 2015


Val Cenis, le 13 février 2015


Émile, à gauche ; Clémence, au centre


jeudi 15 janvier 2015

Pierre Renard, Pierrot : une vie, 1980-2014

Pierrot en pull noir train 2013
Pierre Renard, 7 octobre 1980 - 22 octobre 2014


Paroles et sanglots d'un père

Famille, proches, amis, connaissances…, rien ne laissait imaginer que nous serions rassemblés aujourd’hui, si tôt dans sa vie, pour dire notre douleur incommensurable de devoir quitter à jamais Pierrot.
Sensation d’irréel, d’incrédulité. Mots de détresse qui sonneront toujours de travers.
Ce qui nous unit, par-delà la cruauté de cette mort inconcevable, c’est la part du feu intérieur que Pierre a versé en nous, et qui nous l’a fait aimer profondément.
Sa disparition, injuste et brutale, fracturera pour toujours nos propres destinées.
Jamais notre sentiment à l’égard de la vie ne sera plus le même.

Pierre_et_Bouchra_21_aou_t_2014
Pierrot et Bouchra, 21 août 2014

la tête haute
Pierre a traversé ces trop fugitives années avec la rage d’en tirer le meilleur, en offrant le maximum de lui.
Il l’a fait avec ses proches. Il l’a fait dans ses diverses tâches professionnelles et dans ses passions artistiques.
Pierre a toujours visé l’intensité des sentiments.
Il a toujours cherché la perfection, attentif aux autres dont il apprenait, mais ne comptant que sur lui-même pour réussir.
Pierre ambitionnait l’inaccessible, ne s’épargnant aucune peine pour s’en approcher.
La médiocrité, la superficialité, la demi-mesure, l’excuse facile n’avaient aucune part à son esprit.
Il ne jugeait pas les autres, sans précaution ni mesure.
Il dédaignait le jugement des autres à son égard, quand il était porté par la jalousie ou la malveillance.
Pierre a toujours eu la tête haute. Et nous sommes fiers de l’avoir connu.

P1130745_1
29 septembre 2009, à Saint-Chamond


enfant aimé
La naissance de Pierre est un fruit de l’amour.
Une fabuleuse complicité. Entre une mère et son fils. Entre un père et son fils.
«Les bras, papa… !» Allers et retours, crèche, école, câlins, cartable sur le dos. Main dans la main, pour ces trajets de banlieue.
Paris, le métro, le Vieux Campeur, le bateau-mouche, le musée de l’Armée aux Invalides, le musée du Louvre… Ce n’est pas rien d’être fils de professeur.
À jouer imprudemment sur le socle de la Victoire de Samothrace au Louvre, tu as gardé une trace au front. Rien de démotivant.
Car des escapades plus périlleuses, tu en as accomplies plus tard…
Au Louvre, toujours, la galerie des Primitifs italiens, celle de la Renaissance puis des grands romantiques français. Peut-être le déclic de tes peintures futures ?
Mais avec ton style et tes techniques.
Tes parents, mon fils, ont tenté d’enchanter un peu ta vie quotidienne.
Pendant les vacances, c’était plus évident. La Creuse, ses bruyères, la forêt, les moutons derrière une clôture au crépuscule, les ballades juchées sur les épaules…

Creuse vacances 1983 (1)
Creuse, 1983 ; à a gauche Daniel Lefeuvre, à droite Pierrot et son papa

Un enfant a-t-il plus confiance en son père qu’à cet âge ?
L’Ardèche, la vallée de la Maurienne, le ski à Meyronnes.
Devenu homme, tu as élargi ton horizon : Bruxelles, l’Allemagne, Barcelone, Budapest, le Portugal…
Car si un fils doit à sa mère, si un fils doit à son père, il se fait lui-même.
Il y a de la vérité dans cette phrase du poète libanais Khalil Gibran, même si elle est quelque peu excessive :
«Vos enfants ne sont pas vos enfants. Ils sont les fils et les filles du désir de la vie pour elle-même».

Pierrot avait un insatiable désir de vivre.
Il a su rapidement embrasser l’existence avec aplomb, avec l’instinct qu’il fallait y jeter fougue et vérité, en sachant qu’elle ne lui donnerait que ce que sa force et sa détermination iraient chercher.

Sa mère, son père, l’ont aimé sans retenue. Et si leur séparation l’a intérieurement blessé, il n’en a jamais rien laissé paraître, ni formulé le moindre reproche.
Au contraire, il nous a gratifiés d’un amour filial jamais démenti.
Pierrot terminait toujours une rencontre ou une conversation par «Je t’aime Maman», «Je t’aime Papa».

escalade et graff
Enfant, il a goûté très tôt le sport, et notamment l’escalade.
À l’âge de dix ans, il montait les yeux bandés, le mur d’escalade de Valmeinier, dans les Alpes. Plus tard, il a installé un mur d’escalade dans sa propre chambre, causant l’admiration de ses amis.
L’escalade, métaphore de sa vie.
Pierre savait que rien ne s’arrache sans effort, sans assurance des échelons gravis, sans les yeux rivés sur la prochaine prise.
Pourquoi l’ascension a-t-elle pris fin si prématurément, mon fils ?

Pierrot Grimper 2001 (1)
magazine Grimper, 2001

Pierre était fort, parfois dur. Mais aussi d’une sensibilité exacerbée.
Dans l’élan qui le portait vers ceux qu’il aimait.
Dans le domaine de l’esprit également. Ses compétences artistiques se sont épanouies dans des dizaines, des centaines de compositions murales à la bombe aérosol.

Il a écrit, à ce sujet, un court texte magnifique, d’une grande poésie, que ceux qui ont partagé sa passion – et les autres – liront toujours la gorge serrée.
La durée de vie de ces fresques étant aléatoire, Pierrot, comme tous les peintres de l’art urbain, les fixait sur photos dans des albums qui en assuraient la pérennité.
Il avait le sens de la permanence et de l’éphémère. Le refus du laid et le désir du beau.
Il offrait à la tristesse de la géographie urbaine du nord de Paris, l’enjouement de la couleur et une calligraphie onirique.

Spyn 2012 (1)
juillet 2014, Gennevilliers

rires et cendres
Le déchirement et les pleurs qui nous accablent aujourd’hui, ne doivent pas nous faire oublier que Pierre était joyeux, qu’il avait le rire communicatif, que nous avons été heureux avec lui.
Je ne sais comment nous allons vivre désormais, sans son amour, sans sa chaleur, sans son rire, sans son incroyable énergie, sans ses étreintes, sans son idéal…

Le regret de lui survivre va frapper d’amertume et infliger un goût de cendres à chacune des voies qui seront les nôtres dans les années qui viennent.
Mais il faudra nous remémorer toujours son souvenir, et ce qu’il aurait répliqué face à un instant de faiblesse de notre part.

Un père n’enterre pas son fils ! Il maudit le sort de n’être pas à sa place.

Pierrot, quand avec Bouchra, tu es venu nous voir à Saint-Chamond, à la fin août, il y eut un moment de grâce… où tu t’es endormi sur mon épaule. Comme un enfant. Comme mon enfant.
Je t’aime mon fils ! Je t’aime mon Pierrot !

Comme t’aiment tous ceux qui, ici, te pleurent à jamais.
Ces terribles derniers jours, tous autour de toi, nous avons pleuré, nous avons prié, nous avons espéré que l’improbable miracle se produirait, que ta force et ta jeunesse l’emporteraient sur l’absurde et arbitraire fatalité.
En vain.
Nos paroles se perdaient déjà dans le silence de ton cerveau meurtri.

photo censurée
14 octobre 2014, hôpital Henri Mondor à Créteil (Paris)

Aujourd’hui, selon tes vœux, ton corps va se consumer. Les vents l’emporteront.
Mais tous les êtres que tu as côtoyés, tous les lieux que tu as fréquentés, tous les rêves que tu nous as confiés, te rappelleront à nous sans cesse.
Va mon fils ! Que le terme de cette ultime ascension te soit doux et serein.
Notre amour t’accompagne, Pierrot. Comme celui de ton petit frère Émile (10 ans) et de ta petite soeur Clémence (7 ans).

1919586_102257946459163_8156122_n
Pierrot, son frère Émile et sa soeur Clémence, en novembre 2010

À la mort de sa mère – mais cela vaut plus encore pour la mort d’un fils – l’écrivain Marcel Pagnol disait :
«Le temps passe, et il fait tourner la roue de la vie comme l’eau celle des moulins (…)
Telle est la vie des hommes. Quelques joies très vite effacées par d’inoubliables chagrins.
Il n’est pas nécessaire de le dire aux enfants».
Aujourd’hui, c’est mon enfant que la mort m’a confisqué à jamais.
Et que commence l’inoubliable chagrin.
Ton papa.
5 novembre 2014
crématorium de Villetaneuse/les Joncherolles


Pierrot train (1)Pierrot, mon fils, le 3 octobre 2013


Allocution d’hommage à Pierre RENARD

Les mots ne suffiront pas, mon Pierrot.
Notre tristesse est immense et les mots ne suffiront pas pour l'exprimer ; Mais ils essaieront de dire, un peu, notre histoire.
Tu es mort à l'âge de 34 ans. Nous sommes tous bouleversés par le chagrin. 
Nous pensons à tout ce que nous aurions pu te faire découvrir et partager, et ce vide soudain, la désolation de ton absence nous remplit de tristesse.
C'est comme si les souvenirs perdaient leur sens, perdaient leur signification de la promesse d'avenir qu'ils portaient avec toi et pour toi.

Pour moi, pour ceux de ma génération, je crois, je ressens ta perte comme un morceau de futur qui disparaît, un repère du futur qui s'efface, car tu étais un être en devenir, tu étais l'avenir encore à écrire : notre avenir. Nous voilà orphelins, nous qui t'avons pourtant précédé dans cette vie.
Ton image, ton souvenir vont nous habiter et demeurer en nous : ils nous saisissent soudain à l'improviste à n'importe quel moment de la journée. La brutalité et l'injustice de ta disparition vont continuer à nous heurter et nous hanter. La douleur, elle vient de cette collision entre l'évidence et l'inacceptable de ta disparition.


1er janv 2005 floue
le flou de la photo n'empêche pas l'expression certaine d'un bonheur,
le 1er janvier 2005, aux Pavillons-sous-Bois

Ta disparition nous prive de ton amour, et elle nous prive de la possibilité de l’amour que nous voulions continuer à te porter, à te témoigner pour continuer à te faire grandir. Ce sont là des mots banals, entendus dans d'autres circonstances, mais aujourd'hui ils nous touchent dans notre chair, ils s'inscrivent avec douleur dans nos esprits.
Nous voilà amputés d'une partie de nous-mêmes. Et quand nous regardons le ciel, les arbres, quand nous ouvrons les volets le matin, l'horizon n'est plus le même.
Cette absurdité brutale d'une vie abrégée par un accident, cette violence inadmissible, nous ne pouvons l'accepter. Ta mort est la pire injustice que tu puisses subir. C'est la pire des injustices pour ta mère et ton père. Pour tous tes amis et ta compagne.

Cette injustice nous plonge dans une cruelle détresse, comme si elle voulait nous dire que tes 34 ans écoulés n'avaient servi à rien. Nous refusons cette idée.
Nous ne laisserons pas la mort bafouer totalement l'espoir de ta jeunesse ! 
Pierre, je me réjouissais de voir en toi comme une sorte de grand frère pour ta cousine, Aude, de voir votre amitié. Complices dans la rigolade, vous l'étiez, et tu avais un bel humour qui nous faisait tous franchement rire : tes mots, tes réparties fulgurantes, ton esprit caustique mettaient tout le monde de bonne humeur. 
La valeur n'attend pas le nombre des années, petit Pierre devenu grand, tu nous l'as bien démontré.



6058269
Pierrot et Aude, en 2002, à Bezons


Nous nous rencontrions rarement, mais un peu plus souvent ces dernières années et j'admirais ta force de caractère et ton courage, ton esprit de résistance et ton ardeur au travail.
Tu avais forgé toi-même ton chemin pour construire ta vie d'une manière que tu voulais farouchement indépendante.
Nous n'étions pas d'accord sur tout, sur la vision de la société, sur le sens du combat social, mais nous aimions, je crois, en discuter passionnément.
Tu étais tenace, opiniâtre, quelquefois obstiné. À un point qui pouvait aller jusqu'à l’entêtement !  - et là, je reconnaissais mon frère Michel, ton père ! Mais tu as été plus loin que lui, plus loin que moi, et sur d'autres chemins.
Mais n'est-ce pas le rôle des enfants d'aller au-delà de ce que leurs parents ont découvert ?
"La peinture n'est pas faite pour décorer les appartements, c'est un instrument de guerre, offensif et défensif, contre l'ennemi" a dit Picasso à propos de sa fresque Guernica.
Dans notre univers télévisuel borné, dans ce monde médiatique atrophié qui colonise notre imaginaire, Pierre et ses camarades ont écrit dans les marges de cette normalité imposée et ils ont réinventé un langage pour la contester.
Avec tes copains, tes amis du graff, vous avez parsemé de vos images les murs de nos villes, et ces fresques nous interpellent, avec ces symboles mystérieux pour le profane. Elles interrogent le rôle de l'image que les pouvoirs en place ont toujours voulu contrôler.
Ton graff, c’était ton acte de résistant. Une résistance qui me parle.
Les mots ne suffisent pas, mon Pierrot, les images non plus, mais les uns et les autres sont ce qui nous reste pour te garder à jamais dans nos mémoires.

Denis Renard
oncle de Pierre
5 novembre 2014



crématorium 5 nov 2014 (12)
Denis Renard, oncle de Pierrot

Merci Denis, mon frère, pour cet hommage d'une puissante humanité. Je retiendrai cette phrase d'amour lucide : "Les mots ne suffiront pas, mon Pierrot"... Tu m'as bouleversé en prononçant ces mots. Comme je t'ai vu ébranlé lors des obsèques de Pierre et des allocutions successives. Je t'aime, mon frère.



1er janv 2005"Aude", graff de Pierrot pour sa cousine, 1er janvier 2005


Témoignage de Bumi

«Salut Bumi. Comment ça va ? Tranquillou ?»
C’est par ces mots au téléphone que Pierrot annonçait qu’il allait passer, ou tout simplement prendre des nouvelles. Quelques fois, c’était aussi pour proposer de changer d’opérateur téléphonique pour des raisons assez obscures mais dont l’essentiel était que cela lui rendait service pour son travail.
Quand Pierrot passait, c’était toujours l’occasion de câliner les chats de Laurence et d’obtenir des ronronnements en retour. Mais du coup, pour éviter la crise d’asthme il fallait prévoir Aerius ou Zyrtec disponibles. Autant il aimait les chats, autant il était allergique à leurs poils. Et chez nous, des chats il y en avait quatre. C’est vous dire.
Serviabilité et gentillesse. Ce n’étaient sans doute pas les seules qualité de Pierre, mais ce sont les premières qui me viennent à l’esprit. Il était toujours disponible pour déménager un meuble, aider pour un bricolage, surtout avec moi qui ai deux mains gauches.
Je veux, ici, rappeler sa présence pendant la maladie de Laurence. Il passait quand il pouvait, prenait régulièrement des nouvelles.
Alors perdre la vie à 34 ans dans un accident de la route. C’est à la fois injuste et bouleversant.
Pierrot, tu es parti trop tôt. Tu avais encore bien des choses à vivre et à accomplir.
Où que tu sois aujourd’hui, pour moi tu es avec Tata Lolo et ses chats que tu peux caresser sans prendre de cachets, car pour reprendre le mot du philosophe, «le véritable tombeau des morts, c’est le cœur des vivants».
Permettez-moi, pour finir, de vous lire un extrait d’un poème amérindien :
Quand je ne serai plus là, lâchez-moi !
Laissez-moi partir
Car j’ai tellement de choses à faire et à voir !
Ne pleurez pas en pensant à moi !
Soyez reconnaissants pour les belles années
Pendant lesquelles je vous ai donné mon amour !
Vous ne pouvez que deviner
Le bonheur que vous m’avez apporté !
Je vous remercie pour l’amour que chacun m’a démontré
(…)
Laissez les souvenirs apaiser votre douleur !
Je ne suis pas loin et la vie continue !
Si vous en avez besoin, appelez-moi et je viendrai !

Philippe Moraud, dit Bumi
oncle de Pierre
5 novembre 2014



Bumi 5 nov 2014
Philippe Moraud, dit Bumi, 5 novembre 2014, au cimetière d'Épinay-sur-Seine



Hommage de Christophe

Pierre appartenait, appartient et appartiendra toujours à une très grande famille - le nombre de personnes présentes aujourd'hui en témoigne -, membres de sa famille, proches, amis ou graffeurs.
Pierre était quelqu'un de généreux qui donnait beaucoup sans jamais attendre de recevoir.
Il savait tirer le meilleur de nous-mêmes, il était pour beaucoup une locomotive, nous tirant vers l'avant, nous rassemblant.
Je voudrais citer le poète africain Binago Diop :
"Ceux qui sont morts ne sont jamais partis :
Ils sont dans l’ombre qui s’éclaire
Et dans l’ombre qui s’épaissit.
Les morts ne sont pas sous la terre :
Ils sont dans l’arbre qui frémit,
Ils sont dans le bois qui gémit,
Ils sont dans l’eau qui coule,
Ils sont dans la case,
Ils sont dans la foule.
Les morts ne sont pas morts."
C'est pourquoi, aujourd'hui, nous nous devons de lui rendre hommage : "il faut honorer la mémoire du défunt afin qu'elle s'inscrive durablement dans la mémoire collective. Les funérailles honorent le départ", selon Raymond Johnson.
Sophie tient à ajouter cette parole : "Tu vivras en nous, dans nos coeurs, dans nos pensées, dans notre âme. Nous penserons toujours à toi".
Christophe, ami graffeur de Pierrot, et Sophie,
dont les filles, Eya et Nyssa, considéraient Pierre comme leur "tonton"



Christophe obsèques
Christophe


________________________

Pierre et les autres


21 août 2014
21 août 2014, dans le Pilat, à côté de Saint-Chamond, père et fils



10 novembre 2013 (1)
Pierre, Bouchra, Kim, Michel, 10 novembre 2013 à Paris



10 novembre 2013 (2)
Pierre et Bouchra 10 novembre 2013 à Paris



10 novembre 2013 (3)
Bouchra et Kim, 10 novembre 2013 à Paris



10 novembre 2013 (4)
Pierre et son papa, 10 novembre 2013 à Paris



6 juin 2013-1
la beauté de Kim et de Pierrot, 6 juin 2013 à Paris



6 juin 2013 Paris (1)
6 juin 2013, à Paris, avec Daniel Lefeuvre à gauche



6 juin 2013 Paris (2)
6 juin 2013, à Paris, regardant Gérard Molina



6 juin 2013 Paris (3)
6 juin 2013, à Paris, avec Daniel Lefeuvre et André Fontaine



6 juin 2013 Paris (4)
6 juin 2013, à Paris



6 juin 2013 Paris (5)
6 juin 2013, à Paris



6 juin 2013 Paris (6)
6 juin 2013, à Paris



avec Pierre 26 mars 2013 (1) copie
26 mars 2013, à Saint-Chamond




26 mars 2013 (2)
26 mars 2013, à Saint-Chamond



26 mars 2013 (3)
26 mars 2013, à Saint-Chamond



26 mars 2013 Pierre et Kim
26 mars 2013, à Saint-Chamond



Pierrot 11 août 2012
11 août 2012, au lac-barrage du Couzon, dans le Pilat (Loire)



16 mai 2011, à Saint-Chamond, visite surprise...


2 sept 2010 chambre Clémence (1)
Pierrot, 2 septembre 2010 : travail d'artiste pour la chambre de sa petite soeur Clémence
(pose d'un pochoir)



2 sept 2010 chambre Clémence (2)
Pierrot, 2 septembre 2010 : travail d'artiste pour la chambre de sa petite soeur Clémence



Pierrot, 2 septembre 2010, à Saint-Chamond



sept
1er septembre 2010, à Saint-Chamond



1er sept 2010 toit place Saint-Pierre (1)
1er septembre 2010, à Saint-Chamond



1er sept 2010 toit place Saint-Pierre (2)
1er septembre 2010, à Saint-Chamond... si tu savais comme je suis fier de toi, mon fils



pierrot décorateur 30 août 2010 - 2929 copie
Pierrot en train de décorer la cuisine de son père, 30 août 2010



pierrot et Léandre décorateurs 30 août 2010 - 2929 copie
Pierrot et Léandre, 30 août 2010



Pierrot 29 août 2010
Pierrot par lui-même, 29 août 2010



Pierre 24 août 2010 à St-Cham fauteuil
Pierrot, 24 août 2010, dans le salon-bureau-bibliothque de son père



avec Pierre métro Concorde copie
9 novembre 2009, métro Concorde à Paris, en route vers les studios télé de France Ô
pour le livre Faut-il avoir honte de l'identité nationale ?



9 nov 2009 à Paris quai
9 novembre 2009, quai André-Citroën à Paris



9 nov 2009 studio Canal Plus (1)
9 novembre 2009, Pierrot dans le studio du "Grand Journal" de Canal+



9 nov 2009 studio Canal Plus (2)
9 novembre 2009, Pierrot et moi faisons les fous dans le studio du "Grand Journal" de Canal+



2009 sortie de crèche (1)
Pierre et sa petite soeur Clémence à la sortie de la crèche, 27 octobre 2009;
à Saint-Chamond



2009 sortie de crèche (2)
Pierre et sa petite soeur Clémence à la sortie de la crèche, 27 octobre 2009 ; à Saint-Chamond


 Pierre et Émile 7 octobre 2009 (1)
7 octobre 2009, anniversaire de Pierre ; avec son petit-frère Émile, à Saint-Chamond



3-4 oct 2009 (1)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure ; Pierrot lui a préparé un cadeau graphique



3-4 oct 2009 (2)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure ; Pierrot lui a préparé un cadeau graphique



3-4 oct 2009 (3)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure



3-4 oct 2009 (4)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure ; signature de Pierrot



3-4 oct 2009 (5)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure



3-4 oct 2009 (6)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure



3-4 oct 2009 (7)
3-4 octobre 2009, chez Anne-Laure, le père et le fils



un mot de Pierrot, septembre 2009



Pierre et Clémence moto 24 oct 2009
29 septembre 2009, à Saint-Chamond, avec sa petite soeur Clémence (née le 30 octobre 2007)



Pierrot et Clémence moto oct 2009
29 septembre 2009, à Saint-Chamond, avec sa petite soeur Clémence



7 octobre 2012 St-Cham Giat
Pierre, 27 septembre 2009 à Saint-Chamond (site Giat)



archer de Bourdelle Pierrot 2009
septembre 2009, musée des Beaux-Arts à Lyon, L'archer de Bourdell



Pierrot dialogue avec sculpture d'un peintre 2009
septembre, 2009, musée des Beaux-Arts à Lyon, dialogue par-delà le temps,
avec le peintre Paul Chavanard (1807-1895) sculpté par Jean Gautherin en 1887



Pierre 7 septembre 2009 (1) copie
Pierrot à Saint-Chamond, le 7 septembre 2009



Pierre 7 septembre 2009 (2) copie
Pierrot à Saint-Chamond, le 7 septembre 2009



Paris avril 2009 (1)
avril 2009, à Paris



Paris avril 2009 (2)
avril 2009, à Paris, Pierrot et son petit frère Émile



Paris avril 2009 (3)
avril 2009, à Paris : Pierrot et son petit frère Émile



Paris avril 2009 (4)
avril 2009, à Paris : Pierrot et son petit frère Émile



Paris avril 2009 (5)
avril 2009, à Paris : Pierrot et son petit frère Émile



Paris avril 2009 (6)
avril 2009, à Paris : Pierrot et son petit frère Émile



Paris avril 2009 (7)
avril 2009, à Paris : Pierrot et son petit frère Émile



28 février 2008 Bezons (1)
28 février 2008, à Bezons : avec Pierrot, après les obsèques de ma mère Marcelle Renard



28 février 2008 Bezons (2)
28 février 2008, à Bezons : avec Pierrot, après les obsèques de ma mère Marcelle Renard



26 juin 2005 à Pavillons (1)
26 juin 2005, derniers jours aux Pavillons-sous-Bois



26 juin 2005 à Pavillons (3)
26 juin 2005, derniers jours aux Pavillons-sous-Bois



26 juin 2005 à Pavillons (2)
26 juin 2005, derniers jours aux Pavillons-sous-Bois



Pierre et Émile 15 janv 2005
15 janvier 2005, avec Émile son petit frère, aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)



Émile et Pierre 1er janvier 2005
24 décembre 2004, avec Émile son petit frère, aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)



Pierrot et Émile le 24 déc 2004 aux Pavillons-sous-Bois
24 décembre 2004, Pierrot avec Émile son petit frère, aux Pavillons-sous-Bois (Seine-Saint-Denis)



18 février 2004 (1)
18 février 2004, à Pavillons-sous-Bois, Pierrot vient fêter l'anniversaire de son papa



18 février 2004 (2)
18 février 2004, à Pavillons-sous-Bois, Pierrot vient fêter l'anniversaire de son papa



Pierre à Marseille août 1998
Pierrot à Marseille en août 1998



Calanques Pierrot
Pierrot à Marseille en août 1998, dans les Calanques


________________________

Pierrot enfant, de la naissance à l'âge adulte


13 octobre 1980
13 octobre 1980, encore à la maternité de Noisy-le-Sec



Pierrot août 1981 vacances
Pierrot a dix mois, en août 1981, dans la Creuse



20 août 1981 Creuse
Pierrot le 20 août 1981, dans la Creuse : les épaules de papa



7 octobre 1981 anniversaire Pierre
7 octobre 1981, à Noisy-le-Sec, premier anniversaire



juin 1982 à Noisy
1982 à Noisy-le-Sec


juin 1982 barbouillé
juin 1982 à Noisy-le-Sec



1982 avec Daniel Lefeuvre
juin 1982 à Noisy-le-Sec, avec Daniel Lefeuvre



1982 avec Ventu
juin 1982 à Noisy-le-Sec, avec Ventu



avec Pierrot à Noisy en 1982
juin 1982 à Noisy-le-Sec ; derrière les contreforts de Montreuil



août 1082 Creuse gourde
août 1982, dans la Creuse



août 1982 Creuse en l'air
août 1982, dans la Creuse



Pierre Creuse août 1982 sur épaules
août 1982, dans la Creuse : les épaules de papa



91276545_o
août 1982, dans la Creuse : Daniel Lefeuvre épate Pierrot en imitant le chant de l'oiseau

6832658
août 1982, dans la Creuse : on pressent l'aventurier


Pierrot anniv 2 ans
anniversaire des deux ans de Pierrot, 7 octobre 1982 (Noisy-le-Sec)



Noël 1982 à Bobigny
Noël 1982, à Bobigny ; Pierrot a deux ans



25 mars 1983 Pierrot
25 mars 1983, à Drancy


Pierre et René Renard 3 avril 1983 à Orléans (1)
le 3 avril 1983, Pierre et René, son arrière-grand-père paternel à Orléans (Fleury-les-Aubrais)



Pierre et René Renard 3 avril 1983 à Orléans (2)
le 3 avril 1983, Pierre et René, son arrière-grand-père paternel à Orléans ; René a 82 ans



Pierre et René Renard 3 avril 1983 à Orléans (3)
le 3 avril 1983, Pierre et René, son arrière-grand-père paternel à Orléans, avec un jeu de cartes animalières



Pierre et Aimée Renard 3 avril 1983 à Orléans (1)
le 3 avril 1983, Pierre et Aimée Renard, son arrière-grand-mère paternelle à Orléans,
dans l'atelier de son arrière-grand-père



Pierre et Aimée Renard 3 avril 1983 à Orléans (2)
le 3 avril 1983, Pierre et Aimée Renard, son arrière-grand-mère paternelle
à Orléans, dans la cuisine



Pierre et à Orléans 3 avril 1983 à Orléans
le 3 avril 1983, Pierre et son papa à Orléans



mai 1983 à Noisy
mai 1983, à Noisy ; Pierrot a trois ans



1983 à Noisy
mai 1983, à Noisy ; Pierrot a trois ans



Pierre et Michel bureau mai 1983
mai 1983, à Noisy ; câlin de Pierrot



mai 1983 Pierrot
mai 1983, Pierrot à Noisy--le-Sec



Pierre et Michel mai 1983 cuisine
mai 1983, à Noisy ; lecture avec Papa - je lui lisais des histoires à deux ans et demi...
J'aimerais bien qu'il me parle de là où il est... qu'il me raconte la suite... si il en existe... (déc. 2014)



7 mai 1983 Pierrot à Drancy
7 mai 1983, à Drancy


Claudine et Pierrot mai 1983 à Noisy (1)
Pierrot et sa tante Claudine (ma soeur) en mai 1983 à Noisy-le-Sec



Claudine et Pierrot mai 1983 à Noisy (2)
Pierrot et sa tante Claudine (ma soeur) en mai 1983 à Noisy-le-Sec



juin 1983 Pierrot sur bureau papa
juin 1983, Pierrot asur le bureau de Papa



19 juin 1983 à Drancy
19 juin 1983, à Drancy ; Pierrot jardinier



Drancy 17 juillet 1983
17 juillet 1983, à Drancy



juillet 1983
31 juillet 1983, à Drancy ; Pierrot s'endort sur son papa



Je le câlinais à un peu moins de trois ans quand il s'endormait sur son papa.... je l'ai caressé à 34 ans dans un lit d'hôpital quand la mort avait fixé ses griffes sur lui...
Mais je t'aime mon fils, à trois ans ans comme à trente-quatre ans ans, comme après... si il y a un après...
En tout cas, toute ma vie je t'aimerai comme un segment de moi-même, comme une part de mon propre destin... Et, seule, ma propre mort mettra un terme à ta vie en moi...



août 1983 avec Maurice
août 1983, dans la Creuse, le paysan Maurice fait mine de verser du vin dans le verre de Pierrot âgé de moins
de trois ans ; Maurice est mort le 11 octobre 2012 (à 83 ans), Pierrot le 22 octobre 2014 (à 34 ans)



91278225_o
août 1983, dans la Creuse, le paysan Maurice, Daniel Lefeuvre et Pierrot :
les trois sont morts aujourd'hui... et nous sommes là, à les pleurer



Creuse 1983 Pierrot sur les genoux de Maurice
août 1983, dans la Creuse, le paysan Maurice et Pierrot (dont le visage est marqué par l'eczéma)



Creuse août 1983 repas
août 1983, dans la Creuse



23 septembre 1983 Pierrot école
23 septembre 1983, à Bobigny, sur le chemin de l'école maternelle



nov 1983 Pierrot et son papa
novembre 1983, à Bobigny, Pierrot et son Papa : Pierre a trois ans



Pierre novembre 1983 Bobigny
novembre 1983, Pierre à Bobigny



25 avril 1984 Arc de Triomphe
25 avril 1984, Arc de Triomphe



23 juin 1984 à vélo
23 juin 1984, à vélo et pensif



Creuse août 1984 la trouée de lumière
août 1984, dans la Creuse ; j'ai toujours pensé que cette image avait une dimension spirituelle...




7 octobre 1984 à Bobigny anniversaire Pierrot
7 octobre 1984, Pierrot a quatre ans... anniversaire avec Papa et Maman à Bobigny




25 décembre 1984 Pierrot Noël
25 décembre 1984, Noël à Drancy


Noël 1984 à Bezons
Noël 1984, Pierrot a quatre ans... Quel sourire...!



décembre 1984 Noël à Bezons
Noël 1984, à Bezons (grands-parents paternels) ; Pierrot a 4 ans



Pierriot av d'Iéna 17 juillet 1985 (2)
19 juillet 1985, Pierrot, avenue d'Iéna à Paris


Pierriot av d'Iéna 17 juillet 1985 (1)
19 juillet 1985, Pierrot, avenue d'Iéna à Paris, chez un médecin homéopathe
(traitement sans résultats, malgré le prix de la consultation...!)



19 juillet 1985
19 juillet 1985, Pierrot dans le métro ; mon fils chéri comme j'aimerais te retrouver...



28 juillet 1985
28 juillet 1985, Pierrot à Drancy



1985 bateau-mouche
bateau-mouche sur la Seine à Paris, 27 septembre 1985 ; il a presque 5 ans



10 avril 2009 Émile Seine
10 avril 2009, quatorze ans après Pierre, une même balade en bateau-mouche,
avec son petit frère Émile âgé de 5 ans aussi



6887087
l'anniversaire des 5 ans de Pierrot, en 1985, chez ses grands-parents maternels



6887604
13 avril 1986, avec son papa, chez les grands-parents maternels de Pierrot



13 avril 1986 Pierrot chez ses grands-aparents
13 avril 1986, avec son papa, et sa cousine Sabine chez les grands-parents maternels de Pierrot ;
j'adore le regard du fils sur le père...



27 avril1986
27 avril 1986, Pierrot chez ses grandes-parents maternels ; il a 5 ans et demi



juillet 1986 à Bobigny Pierrot bureau de papa
juillet 1986, à Bobigny, Pierrot dans le bureau de son papa ; déjà déterminé...



5 octobre 1986 anniversaire à Drancy
5 octobre 1986, deux jours avant son anniversaire, fêté tout de même ce dimanche



fête des pères 21 juin 1987 (1)
petit carnet de dessins pour la Fête des Pères, le 21 juin 1987 (Pierrot a six ans et demi)



fête des pères 21 juin 1987 (dernière page)
petit carnet de dessins pour la Fête des Pères, le 21 juin 1987 (dernière page)



dessin découpé Pierre et Papa juillet 1987
dessin de Pierre, dont il a découpé les contours : "Pierre et Papa", juillet 1987



6268887
à Jaujac, en Ardèche, août 1987



juillet 1990 (1)
gorges du Verdon, août 1990, avec Annie



juillet 1990 (2)
gorges du Verdon, août 1990



mars 1991 à Meyronnes ski
Pierrot, mars 1991, ski à Meyronnes (Alpes-de-Haute-Provence), vallée de l'Ubaye



lettre Pierrot mars 1991
lettre de Pierre, 17 ou 18 mars 1991, de Meyronnes






Pierrot Glacier Blanc 1991 (1)
Pierre, juillet 1991, le Glacier Blanc



Pierrot Glacier Blanc 1991 (2)
19 juillet 1991, col des Marches, 2765 m ; au fond le lac de Bissorte ;
la petite fille était surnommée "Petite fleur des champs" et Pierrot, "Renard Flamboyant"



dessin Sonic fin 1991 ou début 1992
dessin de Pierrot, fin 1991 ou début 1992 (il a onze ans)



dessin escalade 1er mai 1992
escalade, dessin de Pierrot, 1er mai 1992



bullerin 5e deuxième trimestre 1992-1993
bulletin scolaire du 2e trimestre, classe de 5e, 1992-1993



lettre du 1er février 1995
lettre de Pierrot, 1er février 1995


1er février 1995  21 h 00

Papa, STP, fais-moi un mot comme quoi jeudi soir je suis allé au théâtre avec le professeur de français [classe de 3e au collège Robespierre à Épinay] et que l'on est rentré à minuit et demi. Donc le lendemain, je n'ai pu aller en latin : 8 h 30 à 9 h 30 et en maths 9 h 30 à 10 h 30, pour cause de fatigue. J'espère que tu me comprendras et que tu me feras un mot, sinon tant pis.
Réveille-moi quand même demain à 5 h 30 pour le Ramadan, merci d'avance. Veuillez monsieur recevoir mes très sincères salutations distinguées et mes voeux de bonne année.
Au revoir et à demain 5 h 30 (du matin). Bonne nuit, ton fils qui t'aime.
Pierre
PS : ma première journée de ramadan s'est bien passée. J'en espère autant pour la seconde.



août 1995, à Aubigné dans la Sarthe (le "blanc bec" qui passait son été à la Radio, c'était son père...
Il s'agissait de Radio France Maghreb dont j'étais le directeur d'antenne)


août 1995, à Aubigné dans la Sarthe


Pierrot et Wassila canal de l'Ourcq nov 1995
novembre 1995, avec Wassila et Pierrot, au bord du canal de l'Ourcq à Bobigny ;
Wassila était "ma nièce", elle vit heureuse aujourd'hui à Marseille et je sais qu'elle pleure aussi Pierrot



conseil de classe juin 1997
bulletin du conseil de classe de fin de Seconde, juin 1997 : "Félicitations"



À l’été 1997, je suis descendu à Marseille (du 19 août au 1er septembre). Pierre avait été à Chamonix en juillet ; et fin août, il a vécu dans mon appartement HLM de Bobigny, dans ces tours de béton et de cafards (!).
Il m’a laissé un compte rendu  de la semaine du lundi 25 août au dimanche 31 août. Il a noté tous les appels téléphoniques et ajouté cette lettre :


lettre Pierrot 31 août 1997 (1)
lettre Pierrot 31 août 1997 (2)
lettre de Pierrot, 31 août 1997



Papa,
J’ai arrosé les plantes un jour sur deux. J’ai décollé le papier du couloir ; tes étagères sont dans ma chambre. Je n’ai pas trouvé de serpillère mais j’ai passé l’aspiro dans la cuisine, l’entrée, le couloir, la salle et ton bureau. J’ai nettoyé comme j’ai pu les dalles au milieu du couloir pour pouvoir circuler.
J’ai racheté un guidon pour le vélo de course ainsi que des poignées de frein, à toi maintenant d’acheter le jeu de direction et le bloqueur (200 F. en tout). J’irai les acheter avec toi à Décathlon.
J’ai rangé ma partie de l’ordinateur et on gagne plus de 1 Mo, ça a été long. Pour le fil électrique du couloir, je ramènerai peut-être un cache.
Il faudrait sérieusement, voir sérieusement [penser] à finir la salle de bain. On n’est pas en guerre, pourquoi le carrelage a-t-il sauté ??!!
Tu n’as plus de feuilles pour l’imprimante et je pense que tu as reçu une mutation (c’est la première lettre de la pile «La Poste» . J’ai mis tes disquettes d’ordinateur dessous pour ne pas qu’elles tombent.
Je dois partir ce soir, dimanche [31 août 1997] car ma carte Orange se finit.
À bientôt, Pierre
PS : IL FAUT FAIRE LES COURSES, et tu as la charmante compagnie des cafards ici !


6918389
à Aubigné (Sarthe), Noël 1999



Il me manque des photos pour la période 2000-2009. Je vais les retrouver...


 
Pierrot avec Nyssa qui l'appelait "Tonton", printemps 2009



Pierrot chez lui, au printemps 2009


Pierrot chez lui, au printemps 2009



Pierrot dans son appartement, au printemps 2009


Pierrot dans son appartement, au printemps 2009



Pierrot dans son appartement, au printemps 2009


Pierrot, les 16 et 17 mai 2009 (probablement le 17...) au Mans
(Sarthe), à l'occasion du Grand Prix de France Moto



________________________



le témoignage de mon ami, le philosophe Gérard Molina, sur Pierrot



Gérard nov 2013 
Gérard Molina, en 2013

En 2010 ou 2011, Pierre me demande un rendez-vous pour me parler de sa nouvelle activité [ACN]. Nous nous rencontrons dans un café cossu proche de la Gare de l’Est.
Il revient de Hollande où il a participé à une brève formation au sein d’une entreprise américaine qui tente de profiter des nouvelles normes imposées par le Commission européenne. La mise en concurrence de tous les services assurés jusqu’ici par des monopoles publics exige au préalable que les usagers rompent leurs contrats pour se tourner vers des prestataires privés.

Pierre n’est pas vraiment informé de ces enjeux économiques globaux. Il a été recruté par des amis qui lui ont assuré qu’il s’agissait d’un «deal» gagnant-gagnant car les tarifs baisseront pour ceux qui délaisseront France-Télécom, EDF, GDF, etc…

Mais le problème principal est ailleurs : Pierre et tous les autres recruteurs ne sont pas rétribués. Ils ne le seront, éventuellement, que s’ils rapportent de nombreux contrats et si, à leur tour, ils recrutent des recruteurs. L’entreprise est toujours gagnante avec sa pyramide très hiérarchisée de «représentants» bénévoles qui doivent impérativement persuader le maximum de connaissances.


Pour moi, le modèle se situe entre la vente à domicile et l’Église de Scientologie. Naturellement, cette représentation générale de l’entreprise ne m’apparaît pas d’emblée mais au fil d’une longue conversation amicale dans laquelle il ne me cache rien et détaille même le fonctionnement d’ensemble de l’affaire.

Cette honnêteté, dont je ne doutais pas, me frappe toutefois par sa netteté. Même s’il est déçu, il ne comprend pas mon refus qui sera répété par la majorité des personnes qu’il contactera.

Cependant, je ne veux pas en rester là, car j’ai découvert un Pierrot que je ne soupçonnais pas. J’avais connu un adolescent un peu sauvage, taiseux, souvent sur ses gardes, peut-être méfiant vis-à-vis de la parole des adultes. Je découvre un jeune homme posé et rigoureux.

Il s’exprime très bien, avec des phrases très construites et une argumentation réfléchie. Loin de se buter devant les questions ou les remarques critiques, il sait écouter, peser les objections et choisir les réponses rationnelles qui pourraient convaincre. Il est en outre très élégant avec son costume, sa chemise blanche et sa cravate, tenue que je ne lui avais jamais connue.


alliance de l'intégrité et du caractère


Par-dessus tout, je suis saisi par sa détermination, sa volonté, l’énergie qu’il dégage, tout cela couplé avec la franchise et la probité déjà mentionnées.

Devant cette alliance de l’intégrité et du caractère, je me surprends à lui faire une proposition à laquelle je ne songeais nullement avant cette rencontre.

Après lui avoir répété qu’il se fourvoyait dans l’entreprise américaine, je lui dis qu’il possède l’étoffe d’un créateur d’entreprise, qu’il a déjà de l’expérience professionnelle dans plusieurs domaines et que s’il a un projet, je suis prêt à l’aider financièrement et même à entraîner d’autres personnes avec moi.

Il refuse immédiatement et j’interprète mal ce refus. Je crois qu’il pense à une sorte de gracieuseté pour compenser mon propre refus. Je précise alors qu’il s’agit d’un prêt à quelqu’un qui a toutes les qualités pour réussir et en qui chacun a confiance.

En réalité, il a très bien compris. Mais il veut absolument s’en sortir par lui-même, sans l’aide de quiconque au départ. Il a toujours fonctionné ainsi depuis l’adolescence.

Je comprends alors que c’est le carburant de son dynamisme et ce qui lui fait appréhender chaque journée comme un défi. Ce fut une leçon pour moi.
Les épigones de G. Orwell croient encore que la «décence commune» constitue l’attitude populaire la plus répandue. C’était vrai du temps des entreprises industrielles et d’une vie collective enracinée.
 

À notre époque de la précarité généralisée et des individualismes manipulés, la seule richesse de ceux qui n’ont rien, qui ne seront jamais des héritiers, c’est la fierté. C’est-à-dire le sentiment de sa dignité et de sa valeur fondée sur la droiture dans les relations humaines.

Pour se tenir sur cette crête, dans toutes les situations, il faut une sacrée fermeté d’âme. Malgré tous les revers de l’existence et toutes les tentations, je crois que Pierre s’y efforçait.

Gérard Molina


Pierre en 2011 à St-Cham
Pierrot en 2011, à Saint-Chamond




________________________



Pierrot : quelques messages téléphoniques à son papa

Je n'ai conservé que quelques messages de mon fils Pierre. Les messages sont enregistrés sur le téléphone et non sur la carte Sim. Donc quand le téléphone lâche, les message sont perdus. Quelques messages naufragés...

- le 10 novembre 2012, à 4 h 14 : "Papa, je t'aime".
- un autre jour de novembre 2012, à 15 h 10 : "Papa, appelle-moi s'il te plaît. Comment ça se passe ? Tu es dans mon coeur à jamais gravé comme le meilleur des pères et je n'en aurais jamais rêvé d'un autre que toi. Je suis le plus fier de tous les fils et je n'ai jamais aimé quelqu'un plus que toi. Prends soin de toi et de nous pendant encore longtemps. Ton fils adoré. Pierrot."

- le 11 novembre 2012, à 0 heures 41 mn : "Papa, tout va trop vite en ce moment. J'aimerais passer du temps avec toi. Je bosse jusqu'à dimanche et après je viens te voir. As-tu repris les cours lundi matin ? S'il te plaît, appelle-moi, je t'aime fort".

- le 20 novembre 2012, à 18 h 49 : "ok, salut".

- le 17 décembre 2012, à 9 h 44 : " Salut papa, ça a été ton week end, tu fais quoi pour Noël ?"



Pierrot train (1)
Pierrot en 2013



En 2010, Pierrot réalise une toile sur cadre avec le prénom de son père, en graphie arabe (il en a fait deux ans au lycée) et me l'offre :


michel en graphie arabe Pierrot 2010
cadeau de Pierrot à son père : toile sur cadre, Michel en graphie arabe, 2010





________________________

Pierrot et l'escalade



escalade (4)
à Fontainebleau



escalade (1)
27 février 1999 à Fontainebleau



escalade (7)
à Fontainebleau



escalade (8)
à Fontainebleau



escalade (2)
à Fontainebleau



escalade (3)
à Fontainebleau



escalade (5)
les Calanques à Marseille, en 1998



escalade (6)
les Calanques à Marseille, en 1998



Michel Calanques 2008
à côté de Pierrot dans les Calanques, l'été 1998



_____

Pierrot Grimper 2001 (1)
magazine Grimper, 2001




Pierrot Grimper 2001 (2)



Un copain de Pierrot, Romain Le Moigne, a retrouvé cette photo parue dans le magazine Grimper en 2001. Il écrit sur la page Fb de Pierre : "on avait fait une série de photos d'escalade urbaine (sur des vrais passages intéressants d'escalade, pas juste pour prendre la pose!), la photo de Pierre avait été sélectionnée parmi les huit gagnantes... Entre autres accomplissements..." (1er décembre 2014).

Romain a aussi publié cette photo du mur d'escalade que Pierrot avait installé dans sa chambre à Épinay.
Voilà ce qu'il écrit : "cette photo date de 2000, lors d'une des très très nombreuses séances d'escalade que j'ai faites chez un ami qui avait construit ce mur inclinable dans sa chambre. C'est la période où j'ai le plus progressé en escalade ! Poussière, sueur, énervements, coups dans les murs, joies, rap à fond & fous rires... Que de bons souvenirs !"


10425869_10152794966092370_5539524751740761602_n




________________________

aventures et oeuvres d'un graffeur

Pierre était un graffeur. Le mot vient de graff, diminutif de graffiti. Longtemps de connotation péjorative, et de statut illégal, le graffeur est un peintre qui calligraphie ou dessine sur un support la plupart du temps non destiné à cet effet. Son outil principal est la bombe de peinture aérosol. Mais il peut aussi utiliser la peinture en pot notamment pour aménager un fond sur un substrat dégradé.
Si il a peint sur des trains de la région Nord de la région parisienne, Pierrot a ensuite cherché des surfaces plus vastes, particulièrement dans des zones industrielles désaffectées ou des bâtis abandonnés.


Francilien train



_______

texte de Pierrot sur ses débuts dans le graff

Je me souviens d'un temps où régnait le chaos, un temps de nuits blanches, de peintures et de coursades. Un temps de "pt'i gris" (métros, RER A, B, C, D, E, TER et Interails), de repérages, de dépôts, et d'ateliers de photos et de vidéos.
Mais par-dessus tout, je me souviens du guerrier, l'homme que nous appelions Max. Le personnage est débordant d'énergie. C'est grâce à lui que j'ai peint la Nord. Pour comprendre cet homme, il faut revenir à une autre époque. À cette époque le graffiti me désociabilise. J'adopte alors un rythme de vie totalement déstructuré. Je profite de ne pas avoir de responsabilités pour vivre ma passion.
Seuls ceux qui ont vu tourner leur nom sur un train peuvent comprendre cette sensation. À chaque fois que tu vas peindre, tu risques de te faire serrer pour tout ce que tu auras fait auparavant, ton panel a donc d'autant plus de valeur quand tu ne fais que ton nom.
Quand ton train arrive à quai, Gare du Nord, c'est le choc des deux mondes. Le choc entre notre monde que personne ne comprend et celui de la masse populaire qui va au boulot. Tous ces gens utilisent les trains pour aller bosser. Nous, nous les peignons.
Le plus beau des supports, ces petits gris, ils ont une âme comme tu dis. Ils ont une histoire, racontée par les hauts de caisse non effacés. Ces fameux hauts de caisse que je te vois faire à chaque fois qu'on va peindre, tu veux tous les faire, je dois courir dans le dépôt pour les faire avant toi. De toutes les couleurs, ils sont les souvenirs ineffaçables des œuvres que la SNCF ne veut pas faire tourner. Tu écriras un jour sur un métro : "Plus tard, ce sera de l'art". Ça l'est déjà pour nous.
Et peu importe le résultat de la peinture, les valeurs d'amitié que l'on partage sont bien plus fortes. Et pour être sûr de peindre de mieux en mieux, notre collaboration reposait sur une règle simple : je trace et tu remplis. Les plus belles pièces, on les a faites tous les deux. Chaque WC [wild child : l’enfant sauvage] qu'on peignait avait une vraie signification pour moi. La notion de groupe je l'ai apprise avec toi.
Pierre Renard, 1980-2014

_______



Dans sa quête d'espaces plus grands pour ses créations, Pierrot a fréquenté les sites industriels laissés en friches. Il en a trouvé évidemment en Seine-Saint-Denis - où il habitait - et à Saint-Chamond quand il venait me voir.
À  regarder ces photos, je devine - peut-être en extrapolant... - que Pierrot avait de multiples curiosités. Quand il allait peindre dans un local des anciennes Aciéries de la Marine devenues Giat, il prenait en photos ses peintures mais également le site, son architecture, certains détails des activités qui avaient mobilisé les hommes ici. Il y avait un respect de l'ouvrier dans son esprit.


20 sept 2009 (1)
20 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



20 sept 2009 (2)
20 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat : "spyn" en graphie arabe



sept 2009 (1)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (2)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (3)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (4)27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat


sept 2009 (5)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (6)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (9)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



sept 2009 (10)
27 septembre 2009 à Saint-Chamond, ancien site Giat



10349954_10152696268211832_8562447685085182926_n
graff de Pierrot, 2006



1897962_10152720633216832_7059135211695520986_n
graff de Pierrot



tumblr_mlbj1mgxe31qa0m32o1_1280
graff de Pierrot, publié en 2013



P1090722
graff de Pierrot



P1090723
graff de Pierrot




________________________





la mort de Pierre


l'accident, 12 octobre 2014

Pierrot a quitté son domicile, rue de l'Avenir à Épinay-sur-Seine, le dimanche 12 octobre 2014, un peu après 19 heures 30, pour se rendre chez sa mère à Saint-Gratien.
Il roulait à moto, à petite vitesse (moins de 50 km/h).
Une voiture sur la voie opposée s'apprêtait à tourner sur sa gauche pour entrer dans un parking dont le conducteur ouvrait la grille à l'aide d'un bip. Il a laissé passer deux voitures puis s'est avancé au moment ou Pierre, phare allumé, arrivait à sa hauteur (...!!!).
Pierrot a percuté le véhicule sur son avant et a été violemment projeté au loin, sa tête (casquée) a touché le sol en premier. Il était 19 heures 45.


lieu de l'accident
lieu de l'accident, 110 avenue d'Enghien à Épinay-sur-Seine : Pierrot roulait à droite et une voiture,
venant en sens opposé, lui a coupé la route en tournant sur sa propre gauche...!

L'enquête a établi la culpabilité évidente du véhicule. Son conducteur est un homme de 74 ans, qui est incapable d'expliquer ce qui s'est passé... Il a tout ce même été en mesure d'appeler son gendre au téléphone pour venir photographier les conséquences de l'accident sur le devant de son véhicule...!!

Pierrot était déjà dans le coma quand le Samu, appelé par les pompiers de Saint-Denis, est arrivé. Son corps était quasiment indemne. Mais l'examen à l'hôpital a montré de très graves traumatismes crâniens, des lésions irréversibles et du sang dans les poumons. Il n'est jamais sorti du coma.


________________________

les dix jours de coma et de soins à l'hôpital, octobre 2014,
unité de réanimation-chirurgicale et de traumatologie (réa-chir)



photo censurée
Pierrot, le 14 octobre 2014, moins de 48 heures après l'accident



photo censurée
 Pierrot, le 14 octobre 2014, moins de 48 heures après l'accident



photo censurée
Pierrot, le 14 octobre 2014, moins de 48 heures après l'accident


Pierrot a lutté pour sa vie. Son corps a résisté. Je ne sais si l'esprit se manifeste d'une manière quelconque dans le coma. Mais à être présent à ses côtés, on avait le sentiment d'une force qui usait de tous ses recours pour rester du côté de l'existence.
Pierre a toujours combattu pour obtenir ce qu'il cherchait dans ce monde. Cette énergie s'est déployée lors de cette ultime épreuve.
Je n'ai pas d'hésitation à regarder ces photos. Mon fils se bagarre pour la vie dans un lit d'hôpital. Je le trouve beau et digne. Même si je suis immensément et définitivement triste.


______________


la mort le 22 octobre 2014




photo censurée
Pierrot, le 22 octobre 2014 : son cerveau a cessé de fonctionner




photo censurée
Pierrot, le 22 octobre 2014 : son cerveau a cessé de fonctionner




photo censurée
 Pierrot, le 22 octobre 2014 : son cerveau a cessé de fonctionner



photo censurée
 Pierrot, le 22 octobre 2014 : son cerveau a cessé de fonctionner




photo censurée
 Pierrot, le 22 octobre 2014 : son cerveau a cessé de fonctionner


Son cerveau a cessé de fonctionner. Cela veut dire qu'il est mort. Vers douze heures trente.
Mais son activité cardiaque est maintenue en attente de la décision des parents sur le don d'organe.

J'ai caressé et embrassé le corps de mon fils mort. J'ai pleuré sur lui. J'ai ôté les cotons sur ses yeux pour contempler une dernière fois son regard mi-clos, ses yeux bleus.

Le soir, sa mère et moi avons décidé d'accepter le don d'organes. Pierrot a donc donné son coeur, ses poumons, son foie, ses deux reins à des malades qui en avaient besoin. L'opération a duré presque douze heures. Il a aidé cinq personnes à survivre.
Je n'ai pas de réticence, là aussi, à publier ces photos. Je trouve mon fils fort, et cette force est un défi à la mort qu'il lance dans ces derniers moments. Je suis fier de lui, jusqu'au bout. Et je l'aime par-delà sa mort.


________________________



le cercueil à l'Institut médico-légal (Paris, quai de la Rapée)
5 novembre 2014




photo censurée
la dépouille de Pierrot, mort depuis deux semaines, dans une pièce de l'Institut médico-légal




________________________


obsèques au crématorium de Villetaneuse/les Joncherolles Épinay
(Seine-Saint-Denis), 5 novembre 2014




photo censurée
 un Pierrot magnifique...



photo censurée
 le cercueil et le portrait



photo censurée
 le cercueil




photo censurée
 mourir à 34 ans...



crématorium 5 nov 2014 (6)
l'impossible oraison funèbre de son propre fils...



crématorium 5 nov 2014 (7)
Bouchra Lecheguer, la compagne de Pierrot




photo censurée
 l'insoutenable proximité d'une dépouille et d'une image pleine de vie




photo censurée
 les vivants ont besoin d'un rituel pour se séparer d'un mort


crématorium 5 nov 2014 (11)
Vincent, ami de Pierrot



crématorium 5 nov 2014 (12)
Denis Renard, oncle de Pierrot



crématorium 5 nov 2014 (13)
Cédric



crématorium 5 nov 2014 (14)
Max



crématorium 5 nov 2014 (15)
Christophe




photo censurée
 cercueil pénétrant dans le four crématoire



photo censurée
 la crémation était un choix de Pierrot




________________________

obsèques au cimetière d'Épinay (Seine-Saint-Denis)
5 novembre 2014



cimetière Épinay (1)
le transport des gerbes vers le colombarium



cimetière Épinay (2)
le corbillard du dernier voyage




photo censurée
 l'urne funéraire contenant les cendres de Pierrot, déposée dans une case du colombarium


cimetière Épinay (4)
ultime adieu



cimetière Épinay (5)
ultime adieu de Cédric à Pierre



cimetière Épinay (6)
ultime adieu de Eya



cimetière Épinay (7)
prière récitée par Daniel, de confession musulmane



cimetière Épinay (8)
prière récitée par Daniel, de confession musulmane



cimetière Épinay (9)
ultime adieu de Eya et de Nyssa qui appelaient Pierrot "Tonton"



cimetière Épinay (10)
l'ouvrier s'apprêtant à sceller la case



cimetière Épinay (11)
le scellement de la case funéraire



cimetière Épinay (12)
gerbes de fleurs, dont l'une envoyée par mon lycée



cimetière Épinay (13)
des amis qui se recueillent dans un refus de croire à une mort si subite



cimetière Épinay (14)
...rester ensemble comme un refus de l'impensable



cimetière Épinay (15)
le désarroi



________________________

l'hommage à Pierrot de ses copains graffeurs


tumblr_nemjcyiiK21qa0m32o1_1280
l'hommage de deux amis graffeurs à Pierrot, le 6 novembre 2014, lendemain des obsèques



tumblr_nemjcyiiK21qa0m32o2_1280
l'hommage de deux amis graffeurs à Pierrot, le 6 novembre 2014, lendemain des obsèques,
la chanson de Renaud : chanson pour Pierrot



10802933_827080117334768_353924296_n
hommage de trois amis de Pierre
















________________________

fresque d'hommage de ses copains graffeurs à Pierrot
29 et 30 novembre 2014 (Seine-Saint-Denis)



P1090717
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090719
hommage à SPYN, Pierrot : "soldat tombé", 29-30 novembre 2014 



P1090720
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090721
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090724
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : portrait




P1090726
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : portrait




P1090742
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : portrait



P1090727
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014




P1090728
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : avec liste des auteurs




P1090729
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090730
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : 1980-2014



P1090731
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090732 copie
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090733
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090739
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090740
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090741
hommage à SPYNE, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : "à jamais gravé dans nos mémoires"



P1090743
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090744
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014 : "à la mémoire de Spyne"



P1090745
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090746
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



P1090748
hommage à SPYN, Pierrot, 29-30 novembre 2014



Vous l'avez fait ! Merci. J'ai eu du mal, longtemps, à lire cette graphie. Pierrot m'a expliqué, quelques fois. Et maintenant, je comprends mieux. En revenant de Paris, après ses obsèques, je ne cessais de regarder par la fenêtre du train toutes les peintures. Dans mon chagrin, je croyais voir SPYN partout...
Ce que vous avez réalisé est magnifique d'esthétique, d'imagination, d'amitié, de fidélité. Je sais votre chagrin aussi. "À jamais gravé dans nos mémoires".
le papa de Pierrot
1er décembre 2014



________________________



autres hommages

10850195_10152783078471832_8697552070811328889_n
photo de JEer Page, graff de ENKA, fresque RIP SPYN, 29/30 novembre 2014
(page Fb de Fleur Essence, 6 décembre 2014)




hommage à Spyne nov 2014 RER
hommage à Spyne, de la part d'un ami de graff, novembre 2014



2009 Pierre et ses copains
2009, Pierrot et ses copains




Ma dernière soirée en France en 2009, une fois de plus tu étais comme en 2004. Le dernier avec Lolo à pas vouloir dire au revoir. Aujourd'hui tu dis ton dernier salut. Les potos sont là pour moi. Malheureusement, je peux pas être là. Alors je te dis au revoir du bout du monde. Tu seras pas là quand je reviendrai, tu seras pas là pour être tonton de mes futurs gosses. Mais sache que pour moi tu seras toujours là. Les conseils, les engueulades, les accolades, les "wesh l'animal" je ne les oublierai pas. Repie mon poto, mon acrobate. PIERRE RENARD aka SPYN — Richy avec Laurent D-Oz.
5 novembre 2014



1489240_654206831358833_2395618961714135492_n
hommage à Spyne, de la part d'un ami de graff



Une semaine dejà que tu es parti. J'ai voulu faire un chrome pour toutes les autoroutes, voies, rues et tunnel, que l'on a fait ensemble. Le M7 rose de United c'est pour le jour où tu m'as sauvé la vie à La courneuve/Aubervilliers. Le M5 orange c'est pour mon premier tunnel en circu à Jacque Bonsergent avec toi évidemment. Le sandi Bleu c'est pour ce trip avec Juju à Marseille, 3 échelles sur la super 5. Le bleu clair (Varenne de United) c'est pour Pte de Clichy et notre M13 bien aimé, le serrage des UMC et comment tu étais là direct pour soeur à vouloir nettoyer ma chambre.
Poto, j'ai tellement mal que tu sois parti que j'ai envie de taper sur un mur à m'en péter la main. Tu m'as fait passer du toy au writer et je t'en serai à jamais reconnaissant. Cécile m'a dit quand elle a appris la nouvelle que ce qui est beau c'est que y'a un peu de toi dans chacune de mes pièces, comme cela tu seras toujours là. À bientot mon repie, mon poto, mon mentor, mon ami et mon refre. BS for life
Richy, 29 octobre 2014



10403647_650802471699269_422354024100309073_n
Richy et Pierrot




10337729_10204833654859467_2586118630594299510_n
hommage à Spyne, de la part d'un ami de graff



page web Spyn rip
capture d'écran d'une page d'hommages à Spyne, 21 décembre 2014



panneau Spyn

panneau Spyn et photo Pierrot



En cherchant sur internet, je découvre une foule de graffs en hommage à Pierrot, "Spyne" (ou "Spyn"). Je suis bouleversé que sa disparition ait fait réagir tant de ses copains.
On peut lire : "on pense tous très fort à toi mon pierrot ! veille sur nous et repose en paix !" Et encore : "Où que tu sois, quoi que tu fasses, rien ne t'efface, on pense à toi !!"



________________________



Pierrot 21 août 2014 Pilat
21 août 2014, le dernier été




________________________

quelques mots de Pierre



cp Avignon juillet 1995 (1)
Avignon, juillet 1995



cp Avignon juillet 1995 (2)
Avignon, juillet 1995 : Marcelle et Daniel sont ses grands-parents paternels



carte postale Pierrot avril 1998 recto
avril 1998, le Var et les Bouches-du-Rhône



carte postale Pierrot avril 1998 verso
avril 1998 : "j'ai pu découvrir les Calanques et leurs longues marches d'approche"



carte postale Pierrot 2 janvier 2000 recto
Marseille, 2 janvier 2000



carte postale Pierrot 2 janvier 2000 verso
Marseille, 2 janvier 2000 : grimpe dans les Calanques : "les jours passent très vite"



Corte juin 2003 (2)
4 juin 2003



Corte juin 2003 (1)
4 juin 2003




Budapest mars 2013 (2)
mars 2013, Budapest



Budapest mars 2013 (1)
mars 2013, Budapest




avec portrait Pierrot funérarium 5 no 2014
5 novembre 2014, à la sortie du crématorium




________________________

quelques messages

L'un des plus sublimes et plus lucides messages m'a été adressé par Adrien, ancien élève de 2e au lycée, aujourd'hui étudiant en Droit à Lille :
- "Crois moi Michel, on n’oublie jamais vraiment et c'est pas faute d'avoir essayé...
Les photos, anniversaires morbides, et touchants articles que tu as écrits te fendront le cœur à chaque fois qu'ils en auront l’occasion.
Cependant pour ta santé mentale (celle de tes proches aussi), il faut que tu acceptes ta propre impuissance dans cette tragédie. Cultiver la haine envers la fatalité n'a jamais été qu'un éreintant combat perdu d'avance.
Ce que j'essaye de te dire n'est pas de "passer à autre chose", occulter ce genre de drame, le noyer dans l'alcool ou que sais-je, revient en définitive à mettre le tas de poussière sous le tapis.
Laisse-toi le temps, continue à exprimer ta peine, surtout si ça te soulage mais un jour il faudra bien que tu le laisses partir..."

10431161_10204281703982055_1186305006096879432_o
Adrien



________________________

après...


- le samedi 24 janvier 2015
  
Mon fils Émile a joué, en ligne apparemment, à un jeu vidéo dans lequel il a adopté le surnom de "Spyn" qui était la signature de graffeur de son grand frère, mort le 22 octobre dernier, à l'âge de 34 ans...
J'ai aimé cette fidélité spontanée.
Un jour, Pierrot, "Spyn", avait peint sur une petite voiture d'Émile sa signature.

Sans rien dire à personne, Émile l'a reprise...


une petite voiture d'Émile que son grand frère Pierrot (1980-2014)
avait un jour repeinte de sa signature de graffeur (Spyn)...


 
Pierrot et son petit frère Émile, en 2009, à Paris


 
un graff de Pierrot sur les "gris" de la Gare du Nord à Paris, au début des années 2000